Voilà ce qui arrive quand on est pris(e) dans les péripéties (épisode 350679) de la fac. On ne blogue plus. Désastre, mais repos aussi, enfin angoisse surtout. La précarité étudiante me lasse, mais apparemment on doit passer par là. Ok,  mais quand même, un peu marre (aux canards). En tout cas ça ne m'empêche pas de manger, et même ici de faire de mes erreurs un truc plutôt (très) réussi. Et ça compense un peu les échecs de recherche de stage. Résumé : Je ressasse mes galères made in fac pendant que je prépare un précieux gâteau au chocolat pour l'anniversaire burlesque de Mlle S. Donc, histoire qu'on me plaigne un peu, je pleurniche sur mon lot de plaintes quotidiennes, pendant que je bats les oeufs, fais fondre le chocolat, et au moment assez réjouissant de mettre ma préparation dans le moule, constat désespérant : oubli de farine. Comment enfoncer le clou de la culpabilité du "pasencoreenstageennovembre"... Non, je n'ai pas pleuré, mais oui j'ai été au bout de ma boulette, j'ai mis le plat au four. Même pas peur. Coup de chance, un fondant décadent est né, pas très sexy, mais excellent, réconfortant.

 

2011-11-13 14

Ingrédients pour un moule de à manqué de 24 cm environ

200g de chocolat pâtissier de bonne qualité

20g de beurre demi sel

2 petits suisses allégés ou non

4 oeufs

120g de sucre

 

Préchauffer le four à 180°. Faire fondre le chocolat avec le beurre au bain marie de préférence. Bien mélanger et vérifier qu'il ne soit pas trop chaud. Battre les jaunes d'oeuf avec 90g de sucre, les petits suisses, ajouter le chocolat fondu, bien mélanger. Battre les blancs en neige dans un bol (avec un robot c'est parfait), quand ils commencent à être fermes, ajouter le reste de sucre et battre à nouveau. Incorporer les blancs au mélange chocolat à la maryse, beurrer et fariner le moule, verser la préparation. Au four 30 minutes. Attendre complet refroidissement, mettre au frais quelques heures en le sortant 20 minutes avant de manger pour bien l'apprécier.

 

Déguster!