Un peu pour tout et n'importe quoi, on veut le beurre et l'argent du beurre. Le C... de la crémière non, ça ira. Bref ce beurre, pour la réflexion du jour, c'est l'homme. Non, l'Homme. Espèce en voie d'extinction? Et on ne m'a pas prévenue, c'est ça hein? Non, mais vraiment, où sont les hommes? C'est ma question. Il est sympa Patrick Juvet, mais il nous a un peu oubliées, enfin "nous", je parle des filles, en général. On m'a dit qu'elles galèrent pas mal. Pourtant elles ont un paquet de qualités, et de si charmants défauts. Mais elles ont un problème, enfin à ce qu'il parait. J'entends çà et là que malgré une vue soigneusement corrigée par lunettes/lentilles/orthoptie et autres remèdes miraculeux, elles laissent les "Bons" dans le flou pour mieux se focaliser sur les autres, les lâches, les menteurs, les baratineurs, les mégalos... Et ça cumule généralement aisément les adjectifs anxiogènes. Le discours de chasse, ils l'ont dans les gènes, et elles boivent inlassablement les mêmes paroles, les mêmes promesses, les mêmes excuses. Alors je discutais de cet éternel sujet avec une amie, on évoquait ces hommes, nos choix. Pourquoi, déjà perdantes sur du solide on y va, on se dit : "Allez, on va bien s'entendre sur un film au ciné, au pire je lui dirai que j'ai aimé", et pourquoi on oublie systématiquement de rappeler Maurice, qui rit à nos blagues, qui sait faire les cookies au chocolat, qui respecte le code de la route, qui préfère le Nouvel obs à L'équipe et Entrevue? La rencontre a un coût, un coût affectif j'entends. Et il est, de mon point de vue, plus économique d'aller voir du côté de chez Robert, avec qui, au fond, on misera moins qu'avec Maurice. Maurice est un type bien, on le sait. Mais on ne veut pas l'entendre, si ça casse avec lui, combien ça va coûter en kleenex? Si ça foire, ça pourrait être un peu de notre faute, éventuellement. A la fin, la facture est lourde, donc les Roberts sont plus attractifs dans une société en crise de lien(s). Parce que la crise, on y est acteur, on peine à les assumer ces concessions nécessaires à la vie à deux. Nos désirs égoïstes prennent une place folle et écrasent l'autre. Il et Elle sont submergés par leur moi. Après ce n'est que mon humble avis. Et faute de Maurice sous le bras, je conseille aux filles, belles et rebelles, de se mettre aux fourneaux pour ce fondant assez fou, qui fera oublier les Roberts, le temps d'une dégustation. La recette originale est ici, d'ailleurs je conseille une fois de plus vivement ce blog gourmand et gourmet. J'oubliais, c'est sans beurre, s'il vous plaît (ça fait toujours plaisir). Ps : le beurre, c'est Maurice...(ça va loin là)?

DSCN1660

Ingrédients pour un moule de 20cm environ

Pour le lemon curd sans beurre à faire la veille :

15cl de jus de citron

2 oeufs

30g de maïzena

100g de sucre

 

Pour le fondant :

Le lemon curd préparé

80g de philadephlia (ou saint moret) et 3 càs de lait (ou juste 125g de crème épaisse dans la recette de base)

40g de sucre

3 oeufs

40g de poudre d'amande

40g de farine

Le zeste d'un demi citron

2 càs rases de pavot

50g de framboises

1 càs de sucre

 

Le lemon curd : Mélanger dans un bol le jus de citron et la maïzena, ajouter les oeufs et le sucre, bien mélanger et faire cuire à feu moyen en mélangeant très régulièrement pour ne pas cuire les oeufs et pour que la crème épaississe. Quand on arrive à la consistance d'une crème pâtissière, on enlève du feu et on réserve. Mettre en pot et au frais, quand le mélange est refroidi.

Le lendemain, le fondant : Préchauffer le four à 180°. Mélanger dans un bol la crème épaisse ou le fromage/lait avec le sucre et le lemon curd pour avoir une consistance homogène. Ajouter les jaunes d'oeuf, la poudre d'amande et la farine, le zeste et le pavot. Battre dans un autre bol les blancs en neige, lorsqu'ils moussent, ajouter la càs de sucre, et les battre bien fermes. Les ajouter délicatement à la spatule au mélange précédent.

Verser dans un moule beurré et sucré, ajouter les framboises en les enfonçant dans la pâte. Au four 25 minutes. Laisser refroidir et mettre au frais plusieurs heures (3-4). Avant de servir, saupoudrer éventuellement de sucre glace.

 

DSCN1663

Déguster!